ACCUEIL
Actualités

Secondaire : points sur les réformes lycée pro, Bac général et techno, collège

Conseil supérieur de l’éducation :

Une majorité contre les textes sur la voie pro !

 

La FEP CFDT vote CONTRE !

Les nouveaux textes relatifs à l’organisation et aux enseignements dispensés dans les formations sous statut scolaire préparant au CAP et au Bac Pro ont pour conséquence :

                                 -Moins 296 h en Bac pro Tertiaire

                                – Moins 380 h en Bac pro Production

Les inquiétudes plus que justifiées de nos collègues sur les suppressions d’heures et de postes nous obligent à adopter une position ferme et à poursuivre nos actions et notre mobilisation sur le terrain !

-Bac pro GA :  Diminution du nombre de sections pour des formations plus insérantes : métiers de la personne, sécurité, tourisme. Refonte du Bac pro GA pour l’adapter aux réalités du terrain et pour l’intégrer ensuite dans la nouvelle famille de métiers : Gestion administration, logistique et transport. De ce fait à la rentrée 2019, le bac pro GA resterait encore « en autonomie » en seconde et ne serait pas en famille de métiers. Suivi des professeurs concernés avec un accompagnement prévu par les IPR.

-Co-intervention (CAP et Bac pro à la rentrée 2019) : Les recteurs organiseront une journée de concertation pour réfléchir à sa mise en place dans les établissements. Des documents d’accompagnement seront mis à disposition des enseignants.

-Les heures d’AP des 15 premiers jours de la rentrée seront réservées à la concertation.

Conseil Supérieur des Programmes :

La FEP reçue par la directrice des programmes dans un contexte mouvementé !

Bacs général et technologique

Le mardi 9 octobre le SGEN CFDT et la FEP étaient reçus par Souâd AYADA Présidente du CSP pour une présentation des projets de programme des enseignements qui seront dispensés en seconde et 1ère du futur lycée général et technologique :

             –Information aux élèves de seconde sur les enseignements de spécialité à partir de janvier (documents explicatifs en cours de création)

             –Mise à disposition des programmes (projets) du 15 octobre au 5 novembre (page CSP du ministère)

           -Consultation en ligne des enseignants entre le 5 et le 20 novembre

Démissions en cascade

Une nouvelle démission en moins d’un an au CSP. Cette instance a été créée en 2013 dans la suite logique de la loi sur la Refondation de l’Ecole.

Mme Marie-Aleth Grard, vice-présidente d’ATD Quart Monde, a démissionné du CSP. Le CSP est devenu un « lieu d’enregistrement des textes proposés ». Au CSP, on ne discute plus, on exécute. Lors de l’écriture des nouveaux programmes de 2015, des discussions, des échanges avaient lieu entre les différents partenaires de l’école. Les enseignants avaient pu intervenir sur les avants textes du programme. Le CSP avait d’ailleurs effectué des changements dus aux remarques des uns et des autres. Aujourd’hui, il n’est plus question de discussion. Mme Grard alerte également sur la non prise en compte des élèves en difficultés : « On n’est pas proche des parents d’élèves et encore moins des parents pauvres ». Elle s’inquiète ainsi que les élèves en difficulté soient mis de côté.

Ce qu’en dit Libération                                            Une école de la réussite pour tous

Autre départ :

Marc Bablet, responsable à la DGESCO de l’éducation prioritaire, a démissionné un an avant sa retraite. Il est en désaccord avec les directives ministérielles. Il s’explique sur son départ sur son blog.

Blog de Marc Bablet

Réforme du Bac général et technologique : les dernières infos !

 

Des précisions utiles pour le Bac général

Qui décide des Enseignements de spécialité de 1ère et terminale ?

-Le recteur fixe la carte des enseignements de spécialité par bassin (en veillant à l’équilibre et à leur bonne répartition géographique) au plus tard en janvier en veillant à inclure les représentants des établissements privés sous contrat dans une démarche de concertation.

-Selon le ministre « il doit y avoir un choix de 7 spécialités par lycée ou à proximité (histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques ; humanités, littérature et philosophie ; langues, littératures et cultures étrangères ; mathématiques ; physique-chimie ; SVT ; SES). Les 5 autres spécialités (arts, littérature et LCA, numérique et sciences informatiques et sciences de l’ingénieur + biologie écologie uniquement dans les lycées agricoles) seront implantées dans certains lycées pour les rendre plus attractifs ».

-Convention entre établissements voisins pour organiser collectivement l’offre des enseignements de spécialité.

-Etonnant ! Dans le cas d’un établissement isolé, l’enseignement de spécialité non présent dans l’établissement peut être assuré par le biais du Cned.

Les élèves choisiront 4 à 5 vœux au second trimestre pour n’en retenir que 3 au 3ème trimestre. Le choix incombera aux familles après dialogue avec les enseignants

 

Des « points bonus » seront accordées pour le latin et le grec

L’épreuve orale terminale devrait s’intituler « Le grand entretien »

La classe de terminale devrait changer d’appellation après consultation des lycéens


Ce que dit l’enseignement catholique 

-Le 5 mars dernier Pascal Balmand secrétaire général de l’Enseignement catholique dit clairement que « L’enseignement catholique souscrit largement à la réforme mais fixe une ligne rouge à propos du choix des spécialités ; Je n’ose imaginer qu’ici ou là des responsables rectoraux puissent vouloir imposer à nos lycées des choix qui restreindraient leur capacité de rayonnement ».

-L’enseignement catholique envisage de préparer une carte locale de formations pour proposer les enseignements de spécialité et étudie 2 pistes :

                                                            . Mutualiser les moyens des établissements privés pour disposer de la plus grande offre possible de spécialités avec déplacement des élèves entre différents établissements afin de créer des regroupements qui permettent de conserver l’offre de spécialités, voire de l’élargir, et de récupérer des heures » ou la mobilité des enseignants entre établissements liés par convention afin de pouvoir proposer des enseignements dont la ressource en interne n’existe pas,

. Créer un établissement virtuel.

Le point de vue l’enseignement catholique

Points bonus en latin et grec

Réforme de la voie professionnelle

De graves inquiétudes pour les lycées professionnels !

-La réforme de la voie professionnelle sera mise en place à la rentrée 2019 avec des modifications importantes pour la formation des élèves et des effets immédiats sur l’emploi pour les enseignants.

-3 secondes de métiers seront créées dès la rentrée prochaine : Gestion administration logistique transport, Bâtiment et travaux publics, Commerce et vente.

-L’apparition de la Co-intervention compensera en partie les pertes d’heures en français et en maths.

-Concernant les disciplines (encore non totalement définies) qui interviendront dans la réalisation d’un chef d’œuvre ainsi que dans la « consolidation, l’AP et la préparation à l’orientation » le MEN pourrait accepter une « souplesse » de mise en place dans les lycées pour limiter les pertes d’heures pour les enseignants.

-De fortes interrogations persistent sur le Bac pro GA, la mixité des publics et le statut des PLP pour lesquelles les représentants de la FEP ne cesseront d’agir auprès du Ministère, en régions et dans la rue le 12 novembre !

 

-Plus d’accompagnement, plus d’orientation, mais moins de temps de présence au lycée !

3 campus par région d’ici 2022. Pour les autres LP, ils devront se rapprocher du Sup, de la recherche, de l’apprentissage, de la formation continue et de l’économie locale. Chaque lycée sera inséré dans un réseau pour faciliter les complémentarités sur un territoire. Pour l’enseignement catholique, il s’agit d’élargir le réseau LP-LT-CFA-CFC aux Grandes écoles et Instituts catholiques pour exister au sein de ces nouveaux ensembles.

Souhait du Ministre : offrir de l’apprentissage dans tous les lycées professionnels :

 

Le développement de l’apprentissage passe par une meilleure articulation et une réversibilité des modalités de formation :

                                  – le défi est en effet de faciliter le passage de la voie scolaire à l’apprentissage ;

                                  – en sens inverse, le passage de l’apprentissage vers la voie scolaire doit être sécurisé.

Permettre que chaque lycée professionnel puisse accueillir des apprentis à partir de la 1ère constitue la réponse à ce défi car cela permet à la fois d’offrir une diversité de parcours aux élèves et de sécuriser les transitions entre les deux modalités de formation.

Cursus CAP

En fonction des profils et des besoins des élèves, le CAP pourra être préparé en 1, 2 ou 3 ans avec des modalités pédagogiques adaptées.

La mixité

La voie de l’apprentissage pourra être proposée aux élèves (mixité des parcours) soit au sein du lycée (via le CFA enseignement catholique), soit dans un CFA consulaire ou public partenaire.

Transformation de la voie pro

 

Tableau comparatif grille horaires Bac pro avant et après la réforme

 

Nb : Les horaires présentés ne sont pas définitivement arrêtés à ce jour et sont susceptibles d’être modifiés par le MEN

Collège

 

Brevet 2018 : 87,1 % d’admis, des résultats en baisse par rapport à 2017

704.200 candidats au brevet 2018 ont été admis au DNB [Diplôme national du brevet], ce qui représente un taux de réussite de 87,1 %. Le taux d’admis est en baisse de 1,9 point par rapport à l’année dernière.

Le taux de réussite du brevet des séries générales et professionnelles est en baisse de respectivement 1,8 et 1,6 points. Dans la série professionnelle, le taux de réussite est de 78,1 %, et il atteint 88 % en série générale. Toutes filières confondues, ce sont toujours les filles qui obtiennent un taux de réussite supérieur (90,7 % contre 83,7 % pour les garçons).

Résultats Brevet 2018

 

Rentrée 2018 : Évaluation de début de 6ème: des outils pour les enseignants

 

Tous les élèves de 6ème vont être évalués du 1er au 19 octobre, en français et en mathématiques.

En cliquant sur le lien suivant, vous trouverez toutes les informations utiles concernant ces évaluations.

Evaluation de début de 6ème

   

Orientation

  11ème journée du refus de l’échec scolaire – AFEV- 19 Septembre 2018

L’orientation

Ce qui a motivé ce thème 

La raison principale est que cette thématique est revenue à plusieurs reprises lors des rencontres précédentes organisées par l’AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville) comme étant un facteur de l’échec scolaire. En effet, il ressort des différents débats que l’orientation cristallise les inégalités. Au-delà des enjeux scolaires, sociaux, familiaux, économiques et politiques individuels et/ou collectifs non négligeables qu’elle revêt, elle a des enjeux intimes de construction identitaire (qui suis-je ? Quelle est ma place dans ce monde ?) et d’identification (à un groupe, un genre, une communauté, une société, etc…) pour le jeune et peut, dans certains cas, constituer une véritable blessure. Elle invite par conséquent l’ensemble de la communauté éducative à être prudent mais également à accompagner le jeune qui, plus que jamais, est en quête de sens dans un monde en perpétuel changement. Il est donc important de penser l’orientation en fonction des nouvelles problématiques induites par les changements auxquels il est confronté.

L’AFEV a présenté une enquête sur le thème de l’orientation, réalisée auprès de 718 jeunes scolarisés dans des collèges de l’éducation prioritaire.  Cette étude conclut que le rôle de l’institution scolaire est primordial dans le processus d’orientation car « elle permet de sortir du déterminisme social et de réduire les inégalités ».

       11ème journée du refus de l’échec scolaire sur l’Orientation                      Enquête AFEV sur l’orientation

PARCOURSUP : bilan en demi-teinte

Après APB, créé en 2009, jugé injuste, aléatoire et inégalitaire avec son recours au tirage au sort, Parcoursup devait être, aux dires de la Ministre Frédérique Vidal, « une manière de remettre de l’humain dans le processus d’orientation ».

Le constat est mitigé et des rectifications sont déjà annoncées pour l’an prochain car cette nouvelle procédure d’affectation qui prenait fin le 21 septembre aura connu de nombreux dysfonctionnements principalement liés au phénomène de file d’attente créé par l’abandon de la hiérarchisation des vœux.

                           Parcoursup en chiffres                                      Difficultés rencontrées lors de la procédure

Enseigner aujourd’hui

 Faire évoluer ses compétences 

La Fep et le SGEN CFDT ont eu l‘occasion d’échanger avec des représentantes de Eramus+ qui souhaitaient faire connaître leur action et proposer leur partenariat aux maîtres des premier et second degrés. Erasmus + propose un programme pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport. Ce programme s’inscrit dans une approche tournée vers le développement des compétences et d’un environnement favorable à la réussite de tous, en s’attachant notamment à lutter contre le décrochage scolaire, développer les compétences clés, renforcer la coopération entre acteurs de l’éducation, améliorer la qualité de l’enseignement grâce aux échanges entre pairs.

Erasmus + pour les enseignants

Comment amener nos élèves à apprendre avec plaisir

« Apprendre autrement avec la pédagogie positive » nous livre réflexions et connaissances sur les mécanismes de la mémoire et tord le cou à de nombreuses idées reçues qui agissent comme des freins aux talents de certains élèves.

https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/apprendre-autrement-avec-la-pedagogie-positive/

 

Contactez nous : bourgogne@fep.cfdt.fr / 07.67.14.61.41